Zelda OOT/MM : symbolisme musical et problèmes de traduction

Cet article est une version augmentée du thread du 09/02/2020 consultable sur Twitter.

L’univers de la série Zelda est connu pour ses entrelacements de références et de personnages particulièrement touffus. Aussi n’est-il pas étonnant qu’au fil de ses plus de trente années d’existence, quelques erreurs se soient glissées au niveau de la localisation. Aujourd’hui, c’est justement un problème de traduction qui va nous intéresser, en ce qu’elle va remettre en question la symbolique musicale et a mené à une confusion pour le moins cocasse. J’espère ici que vous aimez les dièses et les bémols, car il va être question de deux personnages qui portent ces noms dans les épisodes Ocarina of Time, puis Majora’s Mask.

 

Dièse et Bémol sont en effet deux personnages qui apparaissent dans Ocarina of Time et Majora’s Mask. On peut facilement les louper dans le premier épisode sur Nintendo 64, car ils n’apparaissent que si on lit leur pierre tombale dans le cimetière de Cocorico. Ce sont eux qui ont composé le fameux chant du Soleil, qui se trouve gravé sur une autre dalle funéraire au fin-fond du tombeau qu’ils gardent.

EQW-C9iXsAU8P5y

EQW-DvYWoAITCQsDièse, le plus jeune, est symbolisé par la lune. Il porte une moustache et des habits verts, en plus de tenir une baguette de chef d’orchestre, et l’habituelle lanterne des fantômes. Bémol, l’aîné, mais le plus petit en taille, porte aussi une moustache, une lanterne et une baguette, mais a des habits rouges et est symbolisé par le soleil. En apparence, ils sont proches de Mario et Luigi, qui apparaissent décidément bien souvent dans la série. Leur rôle est mineur dans Ocarina of Time, mais dans Majora’s Mask, ils sont des figures incontournables de la vallée Ikana. Un petit souci cependant : le nom des « Royal Composer Bros. » a changé en cours de route, et de façon problématique…

EQW-EOZWoAALB7WCelui qui se nommait Dièse dans l’épisode précédent est désormais prénommé Baimol, tandis que Bémol est devenu… Dièze. Non seulement l’orthographe de leurs prénoms n’est pas bonne, mais en plus, les noms en eux-même ont tout simplement été inversés ! On pourrait se dire : c’est Majora’s Mask, on en est plus à ce genre de blague près, d’ailleurs, beaucoup de personnages changent de nom entre Hyrule et Termina. Mais c’est justement ici que l’histoire continue. à vrai dire, les wikis français semblent considérer que leurs noms dans Majora’s Mask sont des erreurs de traduction, tant dans leur inversion que leur orthographe [NdlR : l’erreur a depuis été corrigée sur les wikis en question. Un grand merci à Zelda Fandom pour avoir pris ce thread en compte !]. Et cette information se confirme d’ailleurs en partie dans Majora’s Mask 3D, le remake amélioré sorti en 2015 sur 3DS.

En effet, ils y sont re-orthographiés correctement, de Dièze à Dièse, de Baimol à Bémol. Pourtant leurs patronymes n’ont pas été remis dans le « bon ordre », vous savez, celui de Ocarina of Time où Bémol s’appelle en fait Dièse, et inversement. Vous avez dit « Bizarre » ? Comme c’est bizarre… La réalité, est en fait que contrairement à ce que l’on croit, ce n’est pas dans Majora’s Mask qu’il y a une erreur, mais… dans Ocarina of Time ! Et en fait, c’est beaucoup plus logique, tout au moins du point de vue de la symbolique musicale. Mais pourquoi ? La réponse est simple et se trouve dans la définition même de ces signes très répandus dans la notation européenne.

EQW-HErWAAc1h8a

En bref, ce sont des symboles (b et #) qui servent à élever ou abaisser la hauteur réelle d’une note. Par exemple, un Do b sera plus grave (ou plus bas) d’un demi-ton, et sonnera comme un Si, tandis qu’un Mi# sera plus aigu (ou plus haut) et sonnera comme un Fa. Ce rapport entre deux sons nommés différemment mais sonnant pareil s’appelle au passage de l’enharmonie, mais ce n’est pas notre propos. Symboliquement, l’opposition entre bémol et dièse est donc facile à utiliser pour représenter ce qui est plus haut ou plus bas… ou ce qui est plus grand ou plus petit, donc par extension plus jeune ou plus vieux. L’expression « il y a un bémol à cette situation… » sert d’ailleurs à amener un point négatif, dommage qu’on ne puisse pas parler d’un avis « dièsé » sur quelque chose.

Alors pourquoi les noms de Ocarina of Time sont-ils faux par rapport à un sens musical et métaphorique ? Et bien le frère cadet s’appelle Dièse (plus haut), et l’aîné Bémol (plus bas) : ça ne colle pas ! Et ce n’est pas tout : les autres traductions confortent l’idée qu’il s’agit d’une erreur. En anglais, dans un jeu comme dans l’autre, « Dièse » s’appelle « Flat » (bémol en français), et « Bémol » se nomme « Sharp » (dièse). De même en espagnol. Quant au japonais… « Dièse » est 弟 フラット(Petit frère Bémol), et « Bémol » est 兄 シャープ (Grand frère Dièse). étrangement, la version italienne est elle aussi fausse : Bémol y est Bemolle Mortaldi, et Dièse Diesis Mortaldi. Mais la mention spéciale de l’interprétation libre va sans doute à la version allemande. Nous avons en effet Ludwig et Johann dans Ocarina of Time, puis Moll (mineur) et Dur (majeur) dans Majora’s Mask. Si dans le premier, leurs noms peuvent bien sûr être reliés à Ludwig van Beethoven (qu’on lie souvent à la Sonate dit « au Clair de Lune », le personnage associé étant symbolisé par cet astre) et Johan Sebastian Bach, la filiation est moins claire dans le deuxième. [Merci à Yorick d’avoir proposé ces précisions]

EQW-Il8XkAEsNEj

Mais le plus étrange dans tout ça, c’est que si la version française 3DS de Majora’s Mask a été corrigée, celle de Ocarina of Time est restée inchangée : les personnages restent inversés d’un jeu à l’autre, et donc définitivement faux… dans le premier. D’où vient cette erreur, et comment les traducteurs de la première version française se sont-ils retrouvés à échanger deux noms qui ont été traduits de la même façon presque partout ailleurs ? Ce serait un point intéressant à élucider, mais ce genre de méprise est fréquente, souvent liée aux délais d’exécution serrés ainsi qu’aux leurs outils de travail qui empêchent parfois grandement la contextualisation.

En résumé, remonter à l’origine de ce qui se cache vraiment derrière la symbolique de certains noms peut parfois se révéler particulièrement difficile. Même lorsqu’il s’agit de références musicales, on peut se confronter à des choix de traductions qui vont couper une partie des associations faites la langue d’origine (« petit frère » avec « bémol » en japonais), et parfois inverser les sens par erreur. Dans d’autres cas, on est face à des interprétations totalement libre, qui se contentent de reprendre une autre association musicale pas forcément plus justifiée. Il aura fallu plusieurs années et comparaisons entre différentes versions et traductions de Ocarina of Time et Majora’s Mask pour comprendre l’erreur en français, et il ne s’agit là que d’un infime détail de l’univers gigantesque des jeux.

2 commentaires

  1. Dis-toi que je n’ai jamais joué véritablement à Zelda… Je n’ai fini que Breath of the Wild. Néanmoins, j’aime les OST de jeux vidéo et ton article est extrêmement intéressant. Je me réjouis qu’on m’ait conseillé ce blog !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s